Quand le rôti fut posé sur la table…

Il faisait froid et nuit déjà, quand les premiers membres se sont rencontrés, un soir de
décembre 2016, chez Alfredo. L’hiver s’installait pendant que le four chauffait et le rôti
de boeuf cuisait lentement.
Alfredo Buendía et Youssef Ghazzal s’étaient réunis avec deux autres musiciens pour
parler du projet, qui était né d’une conversation entre Alfredo et Youssef après avoir vu
un concert où ils s’étaient ennuyés comme deux rats morts. Youssef avait lancé d’un
coup d’un seul « mais c’est du mambo qu’il faut leur offrir aux gens, et toi, Alfredo, tu es
celui qui peut faire le job ! ». Le ton était donné ! Le projet naissait d’une envie de
s’amuser sur scène, d’une envie de vitamines, d’énergie, d’une musique qui agit sur les
corps, provoque la joie et transporte l’esprit dans une folie douce et légère.
Car de la même manière que l’on va au resto pour être satisfait de manger quelque
chose de bon et de réjouissant, on va au concert pour le plaisir, la sensation de vivre un
moment spécial, de rentrer chez soi avec des étoiles dans les yeux, ou un sourire aux
lèvres…
Quand le rôti fut posé sur la table, les quatre musiciens tombèrent d’accord : il était
parfait. Une viande de bonne qualité préparée avec soin et simplicité, et les petites
pomme de terre étaient merveilleuses… L’eau montait à la bouche, le vin était servi, les
couteaux étaient affutés et les fourchettes sur le qui-vive… Tout commençait pour le
mieux.


À cette époque Alfredo, qui rentrait de trois ans passés en tant que crooner de jazz à
Rio de Janeiro, voulait apporter du nouveau, de la flamme, intégrer cette dose
d’Amérique qu’il avait pris l’habitude de respirer chaque jour, d’insuffler ce goût du
spectacle où le show vous prend par tous les sens. Il y avait également cette spiritualité,
ce contact quotidien avec les énergies subtiles vécu au Brésil. Il voulait jouer une
musique à la fois rythmée et mélodique, délibérément folle, festive et percutante,
envoûtante… une musique qu’il écoutait depuis longtemps : le mambo de Perez Prado,
avec son histoire depuis le Cuba des années 50 puis au Mexique et aux États-Unis, son
style, son énergie et son côté burlesque et cinématographique.
Cette envie s’est alors concrétisée quand Alfredo et les six autres musiciens ont
consitué le combo de mambo : Los Picaflores. Sept musiciens férus de musiques afro-
latines et jazz entraînés dans ce nouvel univers encore peu exploré sur la scène
française : le mambo.
Avec Pierre Levy au saxophone ténor, Jonas Chirouze à la batterie, Clément Lefèvre à la
trompette, Hugo Lebeau aux congas, puis Guillaume Pique au trombone associés à
Youssef Ghazzal à la contrebasse et Alfredo Buendía au chant pour démarrer cette
formidable aventure musicale et humaine, placé sous l’énergie joyeuse et décalée du
mambo.
Aaaaaaggggghhhh ! Uuughh !

Los Picaflores avec en son centre Alfredo Buendía. Un combo de 7 musiciens :

De gauche à droite : Youssef Ghazzal (contrebasse – chœur) – Pierre Levy (saxophone ténor – percussions – chœur) – Hugo Lebeau (congas – chœurs) – Alfredo Buendía (chant lead – trompette 2 ) – Guillaume Pique (trombone – percussions – chœur) –Clément Lefèvre (trompette – percussions – chœur) – Jonas Chirouze (batterie – percussions – chœur)

Mise en scène dirigée par Éric Burbail au printemps de l’an 2018 —-

Contact Booking : Lea Misrahi / lea.misrahi@atarrayaproductions.com

Contact technique : Clément Lefèvre +33(0)6 32 795 882 /technique@alfredobuendiaylospicaflores.com

%d blogueurs aiment cette page :